La crise alimentaire : les solutions

Dans le dernier article sur la situation actuelle de l’alimentation au niveau mondial, nous avons vu que plus de plus de 40% de la nourriture aux États-Unis est gaspillée. Au Canada, la situation n’est pas tellement mieux et coûte très cher aux consommateurs. De plus, les produits industriels sont remplis d’ingrédients néfastes pour la santé, comme le sucre qui est omniprésent, les pesticides et les additifs, qui contribuent aux problèmes chroniques de santé. Pour remédier à cette situation, il existe plusieurs pistes de solutions.

Premièrement, au lieu d’acheter dans les grandes chaînes d’épicerie ou chez Costco, il vaut mieux privilégier le circuit court. Le circuit court en commercialisation alimentaire veut dire qu’au lieu d’avoir 4-5 intervenants entre le producteur et le consommateur, on réduit ce nombre à 1 ou même aucun intervenant. Ceci favorise le développement économique local et réduit considérablement le prix des aliments. De plus, notre empreinte écologique est en diminuée, car les aliments sont locaux et ne parcourent pas 6 000 km pour se rendre à notre assiette, comme les framboises du Mexique en plein mois de février.

Circuit alimentaire traditionnel

Circuit alimentaire court

Il est possible de se procurer de la nourriture en circuit court dans les marchés publics, directement à la ferme, ou en se procurant des paniers de fruits et légumes auprès d’entreprises comme les fermes Lufa, Équiterre ou Second Life. Personnellement, puisque je suis assez difficile, (mes proches pourront en témoigner…) je préfère me rendre au marché pour me procurer mes aliments en vrac pour la semaine!

Deuxièmement, il est mieux de cuisiner à la maison plutôt que d’acheter des produits transformés ; non seulement c’est meilleur pour la santé, mais on contrôle la quantité de nourriture qu’on achète et cuisine et on sauve de l’argent. Si on manque de temps durant la semaine, il est possible de cuisiner des repas d’avance et pour éviter de gaspiller, on peut les faire congeler et les réchauffer les soirs de semaine pour un repas rapido-presto. J’aime me rendre sur Pinterest durant le week-end pour prévoir mes repas de la semaine ou lorsqu’il me reste quelques aliments dans le frigo et que j’ai besoin d’inspiration pour cuisiner.

Troisièmement, pour notre santé ainsi que pour celle de l’environnement, il vaut mieux privilégier une alimentation biologique. Plusieurs personnes savent que la culture biologique n’utilise pas de pesticides ni d’OGM, mais elle favorise aussi la protection de l’environnement, le maintien de la biodiversité et le respect des cycles naturels. Au Québec, on retrouve plus de 1 300 entreprises de production et de transformation d’aliments biologiques (MAPAQ). Il est possible, à Montréal, de se procurer des aliments biologiques dans les épiceries zéro déchet, et de manger bio dans les restaurants comme La Panthère verte, Vivalia, Crudessence, Avril Café et Aux Vivres.

Finalement, une des étapes les plus importantes est de limité nos achats et de réellement profiter des aliments que nous avons à la maison pour éviter de jeter inutilement. Fini les épiceries à 200$ remplis de produits transformés! Restez à l’affût car le prochain article portera sur les recettes anti-gaspillage.

Leave a Reply

Your email address will not be published.